cmjn

PAO libre avec Gimp, Inkscape et Scribus

Couleurs, Théorie

Reproduire les couleurs – Modes RVB et CMJN

Pour bien comprendre les problématiques liées à la couleur il faut connaître quelques notions importantes et en premier lieu celles concernant les différentes façons de recréer les couleurs.

Comment reproduire les couleurs ?

Pour reproduire les couleurs il existe deux possibilités :

Il ne faut que trois couleurs de base, dites primaires, pour créer la plupart des nuances visibles.
Ces trois couleurs de base donnent leur nom au mode colorimétrique, ainsi le mode RVB correspond au mélange de lumières colorées Rouge, Verte et Bleue.
Le mode CMJN est basé sur le mélange de trois pigments Cyan, Magenta et Jaune auquel on ajoute un pigment Noir, pour des raisons de qualité de rendu.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est RVB-CMJN-1.jpg.
A gauche, le mode RVB s’appuie sur la synthèse additive, le mélange des trois primaires pures donne du blanc.
A droite le mode CMJN utilise le principe de la synthèse soustractive, le mélange des primaires donne du noir.


Les différentes couleurs sont obtenues en faisant varier la “quantité” des couleurs de bases.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est RVB-CMJN-2.jpg.
En RVB, chaque primaire varie du noir (absence de lumière) à sa couleur pure.
En CMJN, chaque primaire varie du blanc (absence de pigment) à sa couleur pure.

Ce sont ces phénomènes physiques de synthèse qui sont utilisés dans les technologies modernes.
Pour les écrans, chaque pixel possède trois luminophores, un rouge, un vert et un bleu variant chacun d’intensité pour afficher la couleur voulue.
Une imprimante dépose, selon une trame, une certaine quantité d’encre pour chaque primaire CMJN et leur superposition donne la couleur désirée.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Ecran-RVB-Impression.jpg.

Comment l’ordinateur code les couleurs ?

L’ordinateur va, en fonction du mode, coder la valeur de chaque primaire pour représenter sa “quantité”.
La valeur sera représentée sur une échelle différente selon le mode.

Dans le mode RVB chaque couleur est codée par un triplet de valeurs correspondant, dans cet ordre, aux primaires rouge, verte et bleue. Par exemple 57 / 161 / 190

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est PaletteCouleursScribusRVB.jpg.
Panneau Couleurs dans Scribus
Choix d’une couleur RVB, ici 57/161/190

Même logique dans le mode CMJN mais forcément codée par un quadruplet, l’ordre correspond aux primaires cyan, magenta, jaune et noire.
Par exemple 30 / 16 / 47 / 2,5

Panneau Couleurs dans Scribus
Choix d’une couleur CMJN, ici 30/16/47/2,75

Le principe de codage intervient pour chaque couleur du document (pixels des images, éléments colorés, textes…).

Attention, Gimp et Inkscape permettent de choisir des couleurs en variant des quantités CMJN. Cela ne veut pas dire pour autant que le logiciel gère les couleurs en CMJN. Il réalise juste une conversion entre votre réglage et une valeur RVB correspondante. Dans ces deux logiciels la couleur reste toujours définie en RVB.

Choix d’une couleur avec des valeurs CMJN dans Inkscape

Comment est déterminé le mode colorimétrique ?

Le mode colorimétrique est déterminé au moment de la création de l’image, il dépend des caractéristiques physiques des appareils ou des capacités des logiciels.
Les appareils photos numériques et scanners utilisent des technologies basées sur la synthèse additive, c’est donc dans le mode RVB que sont exprimés les couleurs des images qu’ils créent.

Pour les images créées, ex nihilo, avec un logiciel, cela dépend de la capacité du logiciel à gérer ces différents modes.
Gimp et Inkscape ne gèrent pas le CMJN, les images issues de ces deux logiciels sont uniquement en RVB.

Les images téléchargées sur internet proviennent d’APN ou de scanners, plus rarement de logiciels de création. Elles sont dans la majorité des cas en RVB.

Il n’existe pas d’appareil créant directement des images CMJN. Les images CMJN sont, soit directement créées par les logiciels dans ce mode, soit issues de la conversion d’une image RVB en CMJN.

Les différents modes des appareils et des logiciels. Ici, seul Scribus est capable d’effectuer une conversion d’un mode à l’autre.

Peut-on changer de mode ?

Il est tout à fait possible de changer la définition des couleurs RVB en CMJN ou l’inverse, on parle alors de conversion.
Cette conversion ne peut se faire qu’avec des logiciels spécialisés capable de gérer les deux modes de couleurs RVB et CMJN. Parmi les logiciels libres les deux principaux sont Scribus, logiciel de mise en page, et Krita, logiciel de dessin numérique.

Un point très important et indispensable à connaître en PAO est le fait qu’il existe des couleurs RVB qui ne peuvent être codées en CMJN. Lors de leur conversion, le logiciel applique une stratégie pour les remplacer par des couleurs “approchantes”, les teintes originales sont alors modifiées.

Modification du rendu lors de la conversion de l’image RVB (image gauche) en CMJN (image droite).
Seule la couleur qui ne peut pas être exprimée en CMJN (le bleu clair) est modifiée.

Les images RVB une fois converties en CMJN peuvent avoir un rendu différent.

Précision très importante, il faut bien comprendre que toutes les couleurs ne changent pas forcément. Heureusement pour nous, la plupart des couleurs sont communes aux deux modes et dans ce cas la conversion n’entraîne pas de modification.
Les images converties ne sont donc pas obligatoirement plus ternes.

Exemple de conversion d’une image RVB (à gauche) en CMJN (à droite). Dans ce cas la plupart des couleurs restent inchangées.


Après, si jusqu’à présent, vous travaillez vos images sans mettre en place de gestion des couleurs et surtout sans simulation du rendu CMJN, vous avez de fortes chances de choisir des couleurs qui risquent de ne pas pouvoir être imprimées et donc d’avoir d’importantes différences entre votre écran et vos impressions. Nous verrons dans le prochain article que la simulation du rendu CMJN est indispensable lorsque l’on travaille des images destinées à l’impression.

Il faut savoir que la conversion inverse de ces images CMJN en RVB, ne fait pas “revenir” les couleurs d’origines, d’où l’importance de toujours garder l’exemplaire d’origine en RVB.

Je reviendrais sur les changements de mode dans l’article sur les profils de couleur.

Dans quel mode imprimer ?

Les technologies d’impression se basent sur la synthèse soustractive, elles vont donc nécessiter des couleurs codées en CMJN.

Pour imprimer une image RVB, il faut convertir ses couleurs en CMJN.

En ce qui nous concerne on utilisera Scribus pour faire cette conversion et rendre ainsi nos documents imprimables.

Cette conversion peut être source d’embûches et il faut saisir les problématiques qu’elle soulève pour pouvoir la maîtriser au mieux, nous verrons ces points importants dans le prochain article.


Ce qu’il faut retenir

Comments

  1. Salut Jérome et merci pour ton site et pour toutes les explications qui s’y trouvent.
    J’étais déjà venu sur ton site pour avoir un avis quant au rendu perceptuel ou relatif des images en cmjn et je travaille en relatif désormais.

    Je ne suis plus de toute jeunesse et j’aide à titre bénévole une association historique pour ce qui est de leur site web ainsi que pour leurs publications ou ré-éditions.
    Je t’adresse ce mail pour évoquer un workflow que je n’ai pas vu sur le site.
    Tout d’abord j’utilise linux, actuellement dans sa version Manjaro pour obtenir les versions les plus à jour de Scribus, Gimp, Kryta, mtPaint (qui sans être le plus reconnu des éditeurs d’images est mon préféré -léger, efficace, calques, mode de fusion, détourage, corrections colorimétriques basiques, etc …) et autres séries d’utilitaires autour du PDF et de la conversion et recomposition de texte (Retext).
    Compte tenu de la subjectivité liée à la création artistique ou à la qualité de l’écran (je n’ai pas de sonde), j’ai décidé d’éviter toute interprétation graphique des images et j’utilise aaphoto qui réajuste automatiquement quelques critères de base d’une image RVB et Cyan qui fait la conversion RVB/CMJN-tif-fogra51 (avec paramétrage du point noir ainsi que la sélection du mode perceptuel ou relatif). On travaille quasiment dans l’absolu et sans sonde.
    Ce qui me pose problème c’est que Kryta et Gimp, dans leur mode d’épreuvage, considèrent que les images cmjn sont hors gamut pour partie, alors que la même image est considérée comme conforme par Scribus?

    1. Salut

      Je ne sais pas si j’ai bien compris mais je vais tenté de répondre… du coup c’est possible que ce soit totalement à coté.
      Gimp ne gère pas le cmjn donc une image dans ce mode va forcément être convertie en RVB si on tente de l’ouvrir avec Gimp.
      Un essai avec un .tiff cmjn montre qu’il l’ouvre mais l’interprète de manière erroné et sature certaines couleurs qui se retrouvent hors gamut. C’est le cas également avec les visionneurs d’image ou de documents de Gnome.
      Scribus est le seul – avec Krita, mais je ne le connais pas bien – qui gère le cmjn, donc la pas de problème la lecture est bonne et toutes les couleurs sont bien interprétées.
      Pour le workflow, effectivement, il n’y a pas qu’une façon de faire et c’est toujours intéressant de voir d’autres procédés.
      D’ailleurs je ne connaissais pas aaphoto, je vais regarder ça de plus près.
      Merci pour ton commentaire et apporte moi des précisions si mon explication n’est pas la bonne.

      Jérôme

      1. Tu as répondu comme il faut à la question et j’en étais à la même conclusion, cad que Gimp utilisera de TOUTES les manières un profil RVB. Tous les épreuvages qui s’ensuivront seront OBLIGATOIREMENT hors gamut CMJN.
        Je suis en train de tester la 2.99 de Gimp, censée gérer le cmjn et pour le moment c’est pareil que sur la version stable. J’ai tenté de corriger des images hors gamut avec épreuvage écran et si mes images retravaillées à la main sont correctes du point de vue du gamut Fogra51, elles sont moins “belles” que celles corrigées automatiquement (aaphoto) et converties automatiquement (cyan) à l’aveugle. “Plus simple, plus beau et plus rapide”, ya pas photo!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back to top